Des défis à relever… industriels et sociaux ! ! !

Ça y est, nous sommes tous bien rentrés ! ! ! Après de bonnes vacances, nos gamins ont repris le chemin de l’école et nous celui de nos ateliers et bureaux. La réalité revient tout de même vite au galop et après les négociations sur le PERCO, la démission du Directeur du site de Sorgues et les annonces estivales de Macron, la rentrée risque d’être chaude ! ! !

Chaude au niveau national, puisque le gouvernement Macron continue sa politique antisociale, contre les travailleurs et pour les riches, surtout les plus riches.

Insolence, autoritarisme, au-dessus des lois de la République, MACRON révèle son image, sa réelle raison d’être : celle de servir avant tout le PATRONAT ! ! !

Avec son gouvernement, ils annoncent la poursuite de leurs réformes et bien entendu, on va subir une nouvelle attaque sur notre système de retraite. Ils ont déjà lancé avant les congés quelques « pistes » pour tester les réactions, comme celle de supprimer les pensions de reversions. Rétropédalage ou pas, on peut être sur que ce gouvernement voudra porter le coup de grâce à notre système de retraite déjà bien entamé par TOUS les gouvernements précédents.

Pour eux, l’objectif à atteindre est la suppression du régime par répartition, basé sur les cotisations des actifs (salariés /employeurs) permettant de payer les pensions des retraités ! De tout temps, le patronat a cherché au nom de la soi-disante sauvegarde de l’emploi de se détacher de notre système historique de retraite, de tout temps les gouvernements successifs leur ont cédé une flopée de mesures les exonérant de leurs cotisations ! ! !

Le chômage a-t-il reculé pour autant ? Nous savons tous que NON car évidemment ce n’est pas leur but.

Aujourd’hui, ils veulent encore aller plus loin en voulant supprimer, sous couvert d’égalité, tous les régimes spéciaux en introduisant une notion de retraite par points.

L’égalité des régimes de retraite, dans une société comme la nôtre, (car du FRIC si on en veut, il faut le prendre où il y en a) devrait être alignée sur le régime le plus favorable. Le gouvernement avec sa réforme veut lui tirer tout le monde vers le bas, au risque d’obliger les « petits » retraités à retourner au taf pour vivre.

L’inégalité sera encore plus forte avec le régime par points. Seuls ceux qui auront les moyens de se payer « les points » auront une retraite décente, les autres crèveront au boulot ! ! !

Alors on va vous expliquer qu’à la CGT on n’y comprend rien, qu’il faut vivre avec son temps etc. etc. … Mais au final qui va perdre ?

Pendant que les plus riches feront comme d’habitude et que les patrons ne paieront plus de cotisations, les travailleurs au SMIC , les petits salaires , les personnes en situation de handicap, les mères en congé maternité, ceux qui ont connu le chômage ou les travailleurs soumis à la pénibilité ( qui vivent, en plus, 15 ans de moins que les autres) seront eux les véritables victimes de ce système à points ! ! !

C’est pour cela que le Mardi 9 Octobre 2018 la CGT organisera des manifestations dans toute la France et la CGT Eurenco s’inscrira bien évidemment dans le mouvement ! ! !

 

 

Chez Eurenco, cette rentrée risque d’être chaude également ! ! !

La Démission du Directeur de Sorgues après avoir pris le poste il y a moins de 2 ans confirme que ce poste ne sert que de fusible.

Pour les salariés de Sorgues réunis en Assemblées Générales le 4 Septembre dernier, l’important est plus à la réalité du quotidien sur les postes de travail que de savoir qui sera le prochain Directeur de site en CDD.

Nous le savons, pour Sorgues, nos carnets de commandes sont pleins, et il faut bien assurer les productions.

Alors comment, avec qui, avec quels moyens de production ? La CGT n’a cessé de le dire dans toutes les instances ou, en dernier recours, par la grève…. il faut des embauches en CDI ! ! !

Mais il faut également pouvoir travailler CORRECTEMENT ! ! ! Sauf qu’avec l’externalisation, la sous-traitance et la réorganisation de tous les services, on a l’impression que chacun, dans son coin, y va de sa petite touche sans réel  plan d’ensemble.

De plus en plus nos contrats sont pris en nous imposant des délais extrêmement tendus. D’où la pression énorme sur les personnels d’étude, de méthode, de mise au point. A cela on rajoute les difficultés d’approvisionnement et voilà, pression sur les acheteurs, approvisionneurs, gestionnaires … ça court dans tous les sens ! ! !

D’un côté vous avez Dominique Guillet qui a organisé tout ça et de l’autre vous avez le gars, au bout de la chaine, qui commence à 4h du mat et qui démarre son atelier de fabrication d’explosifs ! ! !

On colle des rustines sur des bouts d’atelier pour que ça tourne et on espère que ça tiendra bon …Avec ce genre de stratégie, on court à la catastrophe industrielle et humaine ! ! !

A Bergerac, en plus de cette organisation, c’est bien encore la stratégie industrielle d’Eurenco mise en place par Dominique Guillet que subissent les salariés.

Après avoir battu des records de production, nos ateliers tournent maintenant en 3×8. Le gouvernement Allemand imposant l’embargo sur les ventes destinées à l’Arabie Saoudite, Eurenco doit chercher une autre poudre qualifiée pour remplir nos boitiers modulaires.

La CGT Eurenco s’exprimera d’ailleurs en Assemblées Générales le Mardi 18 Septembre à Bergerac, en présence d’Éric Brune DSC Nexter ainsi que d’autres camarades travaillant sur les sites de production Nexter en lien avec Bergerac.

Vous l’avez compris peu importe les fusibles que l’on installe sur nos sites de production, le levier du disjoncteur reste toujours dans le bureau feutré de notre cher Directeur Général.

Ce que l’on sait à la CGT, et après l’avoir démontré déjà depuis deux ans : « seule la lutte paye ! ! ! »

Nous n’aurons donc pas d’autres choix que celui de lutter pour obtenir de justes revendications salario-sociales pour tous ! ! !

Lutter encore et toujours pour que nos sites vivent, pour obtenir de vrais investissement industriels et humains, et dans ce sens, la CGT est toujours porteuse d’un projet d’inertage de l’amiante sur le site de Bergerac qui pourrait créer jusqu’à 50 emplois.

Lutter ensemble pour l’amélioration des conditions de travail.

Lutter ensemble pour le maintien de notre retraite.

Lutter ensemble pour une grille des salaires spécifique à Eurenco.

Lutter ensemble pour une réelle reconnaissance du travail posté.

Lutter ensemble pour de justes déroulements de carrières.

Afin de porter au mieux les revendications de tous les salariés et maintenir le rapport de force autour de la table des négociations GPEC de fin d’année 2018 et NAO en Janvier 2019, rejoignez la CGT ! ! !

Imprimer cet article Télécharger cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *